Pastor Selby and Sister Adams (Revival sisters)
Pastor Selby and Sister Adams (Revival sisters)

HISTOIRE

Sulfureuse musique, le Dancehall a détrôné le Reggae en Jamaïque. Musique du ghetto et des gangsters, cette musique porte  étonnamment les rythmes des premières religions jamaïcaines aux 18e et 19e siècles. Des cultes ignorés ou méprisés par nombre d’habitants. Aux travers d’images de cérémonies et d’interviews des créateurs du Dancehall, apparaît une soif de spiritualité contre l’oubli de ses racines.featuring Sly Dunbar, Clevie Browne, Sizzla, Papa Jaro, The Unstoppable Kumina band, Fil Calender, Merciless, Fuzzy Jones, Gregory Peck et plus....

Gregory Peck "Poco Man Jam"
Gregory Peck "Poco Man Jam"

MUSIQUE

Au commencement était le rythme Poco...

Incontournable rythme du Dancehall, le Poco Man Jam riddim a été créé par le duo de musiciens Steely and Clevie en 1989. Popularisé par le titre du DJ Gregory Peck, le Poco Man Jam devient alors l'une des rythmiques fondatrices du Dancehall. Né en Jamaïque dans les messes des églises Revival (appelées "Poco church"). C'est un mélange musical et spirituel enrichi depuis le 18e siècle qui mutera en éruption rythmique au 20e siècle. Depuis, charge au Dancehall digitalisé d'exprimer la Natural Mystic in the air de la Jamaïque. Une lave musicale nourrie de l'énergie d'un tambour local : le "Kette". Dans "Soul rebels", Sly Dunbar révèle pour la première fois que le swing du morceau "Murder she wrote" par Chaka Demus and Pliers provenait en fait d'un Kette drum emprunté à une église Poco ! 

Quand je vous dis que 99% de l'histoire n'a jamais été révélé... 

Stéphane Delphin